Comment préparer la sodomie ?

Comment préparer la sodomie ?

Comment préparer la sodomie ? Goliate

De moins en moins taboue, la sodomie semble s’inviter dans de nombreux lits : 53% des femmes l’ont déjà testée en 2019*, un chiffre qui a quadruplé depuis 1970. Mais comment préparer le terrain, entre tentation et appréhension ? Nos réponses.

Prenez une bonne dose d’envie…

Pour prendre du plaisir lors d’une pratique, le désir et le consentement sont primordiaux. Inutile de foncer vers la sodomie quand l’envie n’est pas au rendez-vous ou quand elle n’existe que pour satisfaire son partenaire. L’essentiel est donc de se questionner : en ai-je envie ? Envie tout de suite ? Peut-être ai-je simplement l’envie d’en avoir envie, ce qui est déjà un premier pas, une ouverture ? Et pourquoi, pour qui ? Et puis, j’en ai envie « comment » ? Comment est-ce que j’imagine cette expérience ? Sans rédiger une dissertation ou une lettre de motivation, on peut s’interroger et étudier la notion de plaisir qui se cache derrière notre curiosité.

Ajoutez un zeste d’hygiène…

La question n’est pas des plus glamour mais effleure tous les esprits : quel est le risque de rencontrer de la matière fécale pendant la sodomie ? Il faut savoir que les selles transitent par l’anus mais qu’elles n’y prennent pas leur quartier d’hiver ! Certaines personnes vont tout de même préférer effectuer un lavement, mais une simple douche intime (mais externe, toujours !) suffit amplement. On peut juste, aussi, ne pas enchainer passage aux toilettes et sodomie. On laisse passer quelques heures et tout va bien ! Cependant, il faut souligner qu’à la suite d’une sodomie, la pénétration vaginale est fortement déconseillée. Pour pouvoir se balader au recto après avoir visité le verso, on utilise donc un préservatif que l’on retire avant d’entrer dans le vagin. Idem avec un sextoy.

Une quantité de lubrifiant…

L’anus est une zone innervée, qui promet des sensations. Néanmoins, elle ne lubrifie pas automatiquement, contrairement au vagin qui fait preuve d’un système ingénieux. Ainsi, on s’appuie sur un Relaxant et/ou un lubrifiant pour éviter les frottements désagréables et accueillir le plaisir. Généralement, les lubrifiants dédiés aux rapports anaux sont conçus pour « tenir » plus longtemps que les lubrifiants classiques, qui peuvent exiger d’être mis et remis… Mais faire des pauses, c’est sympa aussi ! Dans tous les cas, pas de lubrification à base d’huile ou d’huile de massage si préservatif il y a… Et si vous utilisez un plug anal, préférez tout de même un lubrifiant à base d’eau afin de préserver votre jouet.

Et mettez-y de la douceur !

Pas la peine de rassembler toute votre énergie et de tout donner. La sodomie, surtout quand on la découvre, demande de la douceur. Et puis, quoi de plus plaisant que d’écouter les sensations à l’instant même ? Que de prendre son temps pour se connecter à cette nouvelle pratique et ce nouveau partage ? On choisit donc de ne pas se presser. Des conseils ? Tâter d’abord le terrain avec le doigt muni de lubrifiant. Et, toujours, continuer de stimuler les autres zones du corps. Pratiquer la sodomie, ce n’est pas tout envoyer valser. Seins, clitoris, ventre… Le plaisir est un tout, et les sensations entre elles s’alimentent.

Le truc en plus : et avec un plug anal ?

On parle beaucoup de sodomie dans le cadre du couple, hétérosexuel ou homosexuel. Mais la sodomie se pratique également lors de la masturbation. Grâce à un plug anal, créé spécialement pour stimuler la zone anale, on peut s’octroyer de nombreux plaisirs ! Bien entendu, le plug anal s’utilise aussi en couple et peut constituer une étape préliminaire, ou un simple jeu. Bref, l’un n’empêche pas l’autre. La sexualité est libre, à chacun ses désirs, ses idées, ses inspirations ! C’est d’ailleurs exactement ce que la sodomie nous raconte : le sexe est une question intime à laquelle on répond… comme bon nous chante.

*Sondage IFOP / ELLE, 2019

Côté boutique

Abonnez-vous à notre newsletter

S’abonner