Mode d’emploi pour initiation au BDSM

Mode d’emploi pour initiation au BDSM

Stunning young sexy brunette is playing with her lover a sexual foreplay, his eyes are covered with black bandage, caressing his chest, he is anxious and curious

Si les rapports de soumission-domination vous tentent et que vous souhaitez joindre la douleur à l’agréable, découvrez notre mode d’emploi spécial BDSM.

Le BDSM, qu’est-ce donc ? Derrière ce sigle se cachent les termes de bondage, discipline et sado-masochisme. En d’autres mots, le BDSM regroupe un ensemble de pratiques sexuelles qui invitent à la domination et la soumission, mais aussi à la contrainte et la douleur comme sources de plaisir. Depuis la saga Fifty Shades of Grey, qui met en scène les personnages d’Anastasia Steele et Christian Grey, on parle couramment de BDSM soft, autrement dit un BDSM accessible et pas trop méchant. Ainsi, sans le savoir, on pratique déjà le BDSM soft quand on joue au dominant-dominé, donne la fessée ou tire les cheveux de sa ou son partenaire. Mais pour aller plus loin, ajouter du piquant et du scénario, profitez de notre mode d’emploi.

Les préparatifs

Le BDSM, ça se prépare (ou pas). Si vous êtes ensemble depuis un paquet d’années et que vous vous comprenez en un regard, vous pouvez tout à fait transformer un rapport classique en rapport de soumission, par exemple en plaquant les poignets de votre partenaire sur le matelas (ou en plaçant vos mains au-dessus de la tête pour donner envie à votre partenaire de plaquer vos poignets). Quelques appels du pied pourront ainsi vous conduire au BDSM le plus naturellement possible. Bien entendu, en discuter, c’est bien aussi, notamment parce que c’est excitant et parce que ça permet de passer à l’étape supérieure. Vous partagez vos désirs, vos fantasmes et vos limites : veux-tu que je prenne le contrôle ? Que je te fesse ? L’occasion, aussi, de créer un safeword, c’est-à-dire un mot à prononcer pour mettre un stop si la situation ne convient plus. Définir un cadre, c’est prudent mais c’est surtout un moyen d’entrer dans son rôle pour davantage de plaisir.

Instaurer la contrainte

Le dominé se contraint et le dominant contraint. Pour cela, plusieurs idées. La première, se ligoter avec un foulard, une paire de collant ou une corde prévue à cet effet. Quand on se retrouve les mains et les pieds liés, accroché aux barreaux du lit ou au radiateur, on perd le contrôle. Pour le perdre d’autant plus et se soumettre corps et âme, le dominé se fait bander les yeux. Une fois ces premières idées mises en place, n’oublions pas le bâillon. On ne peut plus parler, ne plus bouger et ne plus voir : la soumission devient totale. Le dominé se laisse faire et le dominant mène la barque. Il peut manier le sextoy, passer d’un baiser au cunnilingus (ou à une fellation), jouer à frustrer son partenaire en l’abandonnant un instant…

La soumission passe aussi par les mots, une nouvelle étape pour les personnes les plus à l’aise. Le dominant donne des ordres : tourne la tête, ne bouge pas, laisse-toi faire, ouvre la bouche (on retire le bâillon, du coup), touche-toi (si les mains sont libres), frotte-toi, tais-toi… Niveau ton et vocabulaire, c’est vous qui voyez. Le vulgaire a toute sa place ici, si c’est votre truc.

L’apprentissage de la douleur

Le plaisir façon BDSM prend également racine dans la douleur. Pour l’apprivoiser, on y va par étape. Au départ, on fait avec les moyens du bord : les ongles, les dents, la paume de la main pour une claque. L’essentiel est d’observer les réactions de son partenaire avant de continuer. Il aime ou il n’aime pas ? Parce que s’il n’aime pas, on revient à des pratiques plus douces.

Si ça fonctionne, place aux accessoires et à l’imagination. Vous pouvez vous procurer un kit BDSM (et l’acheter permet de mettre le sujet sur le tapis de la chambre à coucher). En attendant, bien sûr, le fait-maison est parfait : la fessée peut se donner avec une cuillère en bois, la tapette à mouches peut remplacer le fouet et une quantité de glaçon peut s’avérer très vicieuse.

Soyez inventifs

Vous êtes libre. Libre de pratiquer le BDSM selon vos idées, vos attentes, votre environnement, votre couple et ses fantasmes. Alors n’hésitez pas à redoubler d’imagination. Vous avez envie que votre partenaire, dominé, garde son jean ? Vous avez envie de tirer sur les boutons et de l’exciter à travers le tissu, et pourquoi pas de générer de la douleur en remontant les coutures contre son sexe ? Très bien. Vous avez envie de le ou la faire languir plusieurs minutes en l’attachant au sol, sur un carrelage froid, et en lui susurrant des mots cochons ? Très bien. Vous avez envie de le ou la filmer et de lui montrer ses prouesses en direct, de lui faire boire (de l’eau) pour qu’il ou elle en est partout ou encore de l’épiler ? Très bien. Tant que vous êtes tous les deux d’accord et restez attentifs l’un à l’autre, tout est possible.

Cliquez ici pour vous procurer la panoplie BDSM complète by GOLIATE 

Côté boutique

Abonnez-vous à notre newsletter

S’abonner