Les meilleures positions pour brûler un maximum de calories durant le sexe

Et si faire l’amour aidait à perdre du poids ? Ce serait le pied n’est-ce pas ? Bonne nouvelle ! Ces transpirations, essoufflements et courbatures ne sont pas vains. Force est pourtant de reconnaître que les dépenses de calories en faisant le coït ne sont pas les mêmes que celles afférentes au sport à proprement parler pour autant. Reste que c’est toujours mieux que rien. Figurez-vous que l’on en brûle trois fois plus qu’en mouvement de repos. Encore faut-il connaître les positions les plus favorables. Quoi qu’il en soit, vous faites d’une pierre deux coups en misant sur d’autres pratiques que le traditionnel missionnaire.

Autant joindre l’utile à l’agréable
Il ne faut pas se mentir, le sexe ne remplacera jamais un programme d’exercices physiques en bonne et due forme. Cela n’empêche qu’il aide à se débarrasser de quelques petites calories. En tout cas, il n’y a rien de mieux qu’une bonne partie de jambes en l’air pour profiter d’un plaisir inégalable tout en prenant soin de sa silhouette.
Primo, cette pratique ne demande pas autant de volonté que les sports qui sont plus ou moins intensifs. Par contre, les sueurs font partie intégrante du sexe. Quoique transpirer nu est beaucoup moins pénible qu’avec des survêtements. Le revers de la médaille est que les calories brûlées sont moins importantes dans le cas qui nous concerne.

Des études scientifiques à l’appui
À l’instar de l’Université de Montréal, nombreux sont les centres et établissements qui s’étaient déjà penchés sur le sujet. Dans le cadre de l’étude menée par celle-ci, une vingtaine de couples a fait des expériences dans l’intention de comparer les dépenses énergétiques lors des rapports sexuels et au cours des activités sportives.
Premier verdict : l’organisme de l’homme et de la femme ne fonctionne pas de la même manière sur ce point. Si le premier brûle 100 calories sur une durée moyenne de 25 minutes en sexe, la femme en est à 69. La logique veut que ces chiffres augmentent avec la prolongation de cet espace de temps qui varie en principe entre 10 et 57 minutes.
En comparaison avec une marche à intensité modérée, les efforts payent deux fois plus que dans le premier cas de figure, tant pour les hommes que pour les femmes. Ces résultats ont été obtenus grâce aux données recueillies par un brassard électronique à mettre lors de l’acte. En somme, la gent masculine est capable de brûler 4,2 calories par minute pendant les activités sexuelles et leur opposé se situe à 3,1 calories pour le même laps de temps.

À chaque étape son impact
A priori, il existe diverses manières de faire l’amour. Chacune d’entre elles entraîne des effets différents, depuis les préliminaires à l’éjaculation.

Pour les préliminaires
Commençons par le commencement. Il faut croire que les préliminaires ne sont pas seulement faits pour stimuler l’excitation. Ils augmentent également les calories détruites surtout dans leur version sportive.
Celles qui adorent s’adonner aux danses sexy avant de passer à l’acte sont favorisées, car plus la pratique est mouvementée, plus les efforts augmentent. À cet effet, il faut utiliser autant que possible les membres. Par-dessus le marché, les amateurs de jeux sexuels gagnent sur toute la ligne puisqu’ils ont tendance à foncer sur le physique. En guise d’exemple, si les préliminaires habituels ne brûlent que 200 calories, elles sont à hauteur de 400 pour l’autre cas.

Le classique et le Kamasutra
Le sexe intense va de pair avec le Kamasutra. Il est évident que celui-ci est deux fois plus éprouvant que le classique. D’ailleurs, quelques positions plus ou moins complexes vont être partagées dans la foulée. Pour les amateurs, c’est sûr qu’il y a de quoi essayer de nouvelles expériences sans compromettre le plaisir.

Entre prendre son temps et faire un coup vite fait
Le choix est évident. Si vous explosez 200 calories pour les coups rapides, la mise est doublée lorsque vous faites les choses dans les règles de l’art.
Dans ce cas, que faire lorsque l’orgasme est imminent ? C’est tout simple : il faut lâcher prise et prendre le temps de faire un autre tour, voire deux si votre corps le permet. Figurez-vous que cet effort se répercute indéniablement sur vos dépenses énergétiques. Toutefois, cet objectif ne doit pas être atteint au détriment de la vraie finalité du coït qu’est le grand frisson.

Différence entre les positions debout et couchées
Les positions debout sont plus rudes que celles qui sont pratiquées en étant couché. Elles sont ainsi plus payantes en termes de calories. Cependant, il faut les pratiquer en connaissance de cause puisqu’elles ne sont pas données à tout le monde dans le sens où elles requièrent non seulement une grande concentration mentale, mais aussi une certaine capacité physique.
À défaut de cette faculté, il faut recourir à des compromis à l’instar des postures assises. Dans ce cas, vous serez à mi-chemin entre les deux.

Quelques tuyaux en Kamasutra
Choisissez parmi ces positions dépendamment de votre état physique.
  • L’homme debout : pas besoin de faire un dessin pour ce premier choix. Si vous tenez une heure avec quelques pauses entre temps, vous parvenez à brûler 360 calories.
  • L’Andromaque Amazone : c’est le top pour faire atteindre un orgasme exceptionnel à une femme. Les efforts fournis correspondent à ceux effectués en abdos-fessiers avec 200 calories brûlées en une heure.
  • La brouette javanaise : c’est sans doute une des positions les plus efficaces. 570 calories en une heure pour l’équivalence d’une heure de vélo.
  • La traditionnelle levrette : optez pour celle-ci si vous n’êtes pas fan des postures compliquées. Vous arrivez à éliminer 540 calories en une heure comme l’on fait en escalade.
  • Le pont d’Avignon : avec celui-ci, la femme est plus avantagée, car il fait travailler les fessiers, les cuisses et les jambes à la fois. Avec une pénétration profonde, il vous mène au septième ciel pendant que vous évacuez 300 calories.
  • Le stretch : à l’instar de la levrette, le stretch n’est pas très difficile à mettre en œuvre. Il équivaut à 170 calories de perdues.