Lâcher prise au lit, oui mais ça veut dire quoi ?

On conseille très souvent de lâcher prise au lit pour mieux accueillir le plaisir sexuel et atteindre le septième ciel. Oui mais derrière ce terme de « lâcher prise », que se cache-t-il ? On vous dit tout de cette notion floue !


L’importance du lâcher prise
Avant de décortiquer ce conseil vu et revu, revenons en quelques lignes sur les bienfaits du lâcher prise. Concrètement, pour cueillir le plaisir sexuel là où il se trouve, il faut avoir « la tête à ça ». Cette expression, vous la connaissez : on se fait un ciné ? Non, je n’ai pas la tête à ça. Ne pas avoir la tête à ça, c’est être là à moitié (ou pas du tout), c’est ne pas se sentir disposé, prêt à. Résultat, on va quand même au ciné (ou dans le lit), et on se trouve légèrement absent. Impossible de plonger entièrement dans l’instant présent, notre tête se promène ailleurs, elle pense aux impôts à payer, aux tracas du boulot, au ménage qui n’est pas fait… Lâcher prise, c’est donc décrocher pour être entièrement là, ici et maintenant.

Le lâcher prise, une définition précise
Si vous pensez « lâcher prise », si vous décortiquez l’idée, vous vous voyez en train de grimper un rocher, les deux mains sur des prises, bien serrées. Double objectif : ne pas tomber, continuer de monter. On pourrait donc définir le fait de tenir prise comme un besoin de tout contrôler, et pire, de penser pouvoir tout contrôler. On est donc là, au quotidien, à prévoir, organiser, cogiter, penser, préparer, anticiper. Et à râler quand les choses ne se déroulent pas comme prévu. On passe donc notre temps à penser à plus tard, à demain, après-demain, à ce qu’il faut faire, réaliser, réussir.

Et l’instant présent dans tout ça ? Aux oubliettes. Lâcher prise, ce serait donc, en pratique, laisser tomber nos mains qui s’agrippent. Visualisez vos prises : stress, soucis, pensées négatives. Vous êtes tenu à elles et ça vous crispe ! Si vous les lâchez, voilà que corps et tête se vident, que vous vous sentez léger, débarrassé de tout ce qui encombre votre esprit. Disponible au moment présent, une bonne caresse et un bon baiser vous feront plus d’effets !

Concrètement, voici comment lâcher prise
On ne décide pas de lâcher toutes nos prises d’un seul coup, parce qu’on risque de se faire peur tout seul, face au vide ! Inutile de se mettre la pression, on décide plutôt de lâcher une heure par-ci, une heure par-là. Par exemple, on coupe notre téléphone pendant une heure, en s’accordant le droit de tout remettre à plus tard. Les soucis attendront, la Terre ne s’arrêtera pas de tourner pour une facture non réglée. Au quotidien, on s’exerce donc à ouvrir des parenthèses de lâcher prise. Identifiez vos prises à vous, toutes ces petites choses qui vous stressent et apparaissent comme des obligations ou des urgences. Il suffit de se dire que bon, ce n’est pas grave si ce soir, on ne fait pas la vaisselle, que ce n’est pas grave si aujourd’hui, on a cinq minutes de retard, que ce n’est pas grave si on ne sort pas maquillée pour aller au supermarché… etc. Et ça fait du bien, non ? Une fois au lit, à force d’exercices quotidiens, on maîtrise mieux le lâcher prise, on s’aperçoit que oui, on est capable de s’abandonner, de ne pas penser à l’essence à remettre dans la voiture. Ça attendra demain. Dès qu’une pensée lourde nous traverse le cerveau, on lui donne rendez-vous plus tard. Parce que oui, là, on est au lit, en plein câlin, et il serait dommage de ne pas en profiter non ?