5 conseils pour un rapport moins phallocentré

5 conseils pour un rapport moins phallocentré

strapon-bdsm-768x512

Selon une enquête IFOP pour CAM4 publiée en décembre 2014, on ne ferait pas l’amour dans les positions les plus aptes à déclencher l’orgasme. Seule une Française sur trois (34%) déclare pratiquer « souvent » une stimulation vaginale et clitoridienne alors même qu’il s’agit pour elles de la pratique leur permettant d’atteindre le plus facilement l’orgasme : 77% y parviennent « assez facilement » ainsi. Alors, comment partager des rapports sexuels moins phallocentrés en bichonnant son clitoris ?

 

On opte pour les « bonnes positions » !

Une position moins phallocentrée est une position qui n’oublie pas notre clitoris ! Donc dès qu’il y a frottements, voilà qu’on est au top : missionnaire, andromaque… que du bon ! Alors si on est en levrette depuis quelques minutes, pourquoi ne pas varier ? On connait notre corps et les positions qui stimulent à la fois notre sexe interne et notre sexe externe !

On ose les sextoys

Et oui, pour ne pas négliger notre clitoris tandis qu’on se trouve en cuillère, on joue avec notre petit canard ou qui on voudra pour se faire plaisir du même coup ! Il ne s’agit pas de l’imposer à notre partenaire, mais de le poser sur l’oreiller et de faire appel à lui quand on en ressent le besoin. Notre partenaire ressentira du plaisir à nous voir prendre les choses en main, tout en nous faisant du bien !

On se touche soi-même ou on invite notre partenaire à le faire

Se masturber en plein ébat, ce n’est pas interdit ! On prend sa petite main et on se touche comme on aime le clitoris pour gagner en jouissance ! C’est une solution si on n’ose pas le sextoy, et aussi une façon de montrer le chemin à notre partenaire qui peut lui aussi s’occuper de nous.

On communique avec notre partenaire !

Si l’on considère que chaque rapport est trop phallocentré et qu’on n’y trouve pas notre compte, alors on partage ce petit désagrément avec notre partenaire, en lui disant qu’on aimerait changer de position, qu’on voudrait ressentir quelques feux d’artifices clitoridiens… Il ne s’agit pas de se fâcher, d’imposer, de reprocher, mais de suggérer de nouveaux chemins plaisir !

On pense moins « orgasme » !

Eh oui, c’est aussi une solution. Si l’on fuit les rapports trop phallocentrés, c’est pour ressentir plus de plaisir externe, car le plaisir vaginal parait souvent moins évident. Et si on essayait de se concentrer sur les sensations de la pénétration en bougeant son bassin, en cherchant le bon angle ? En titillant son clitoris de temps en temps seulement pour faire monter le plaisir, mais sans en faire un objectif en soi ? On ressentira des choses bien différentes. Autrement dit, le rapport est peut-être phallocentré, mais si on essayait de le phallocentrer à notre guise ?

Côté boutique

Abonnez-vous à notre newsletter

S’abonner